bienvenue sur voyager ici & ailleurs magazine

Un aller-retour en Thaïlande

C’est un des lieux d’Asie les plus visités, et tous ceux qui s’y sont rendus savent pourquoi. La Thaïlande, pays du sourire par excellence, offre bien des expériences à ne pas manquer, l’une d’elle ? La cuisine ! Cette semaine, Paris devient Bangkok, mais pas que…

La cuisine « thaï » est une des plus réputées du continent asiatique (voire du monde ?). Il faut dire qu’elle est variée, inspirée de l’Inde, de la Birmanie et de la Chine. Des plats généreux, avec des saveurs qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Si elle est, sur place, extrêmement bon marché, il existe, disséminés à Paris, des restaurants thaïlandais pour toutes les bourses. Voyager Ici & Ailleurs vous emmène dans un des meilleurs de la capitale, qui promet de laisser à vos yeux et vos papilles, un souvenir impérissable.

Rendez-vous pris au Blue Elephant, rue de la Roquette (75011). Face à la devanture, impossible de deviner ce qui vous attend à l’intérieur… Une large vitre occultée de blanc, le logo bien visible (un éléphant bleu), le nom du restaurant écrit en lettres dorées et puis l’entrée, exiguë, avec des touches de bois, des sculptures de reptiles, des fleurs… On ne peut pas passer à coté du « mur des célébrités », où posent, à côté du chef Chang Mulijan, James Cameron (entre autres) et Vladimir Poutine. 

© Clotilde Boudet

Ce qui marque en premier, ce sont les sourires. Ils sont caractéristiques des thaïlandais et ceux qui vous accueillent au Blue Elephant n’ont visiblement pas laissé l’ambiance du métro parisien pervertir le leur. La lumière est tamisée, un gros bouquet coloré illumine l’accueil, on devine quelques plantes, des poutres apparentes… Un seul mot pour décrire le lieu : chaleureux.

Et puis vous voilà au coeur de la jungle thaïlandaise, sur l’île de Koh Lanta, tant la verdure est abondante dans ce restaurant. Ou bien peut-être est-ce Sukhothai, à en juger par les statues divines accrochées ça et là. Quoi que les larges murs de bambous font penser à un village authentique et reculé de Phuket… Et ce pont en bois, avec cette paroi rocheuse ruisselante, au milieu de la salle principale, nous laisse un instant rêver être à Kanchanaburi… Bref, bienvenue en Thaïlande, pays de la sérénité (malgré les 250 couverts répartis en plusieurs salles et mezzanine, le lieu est très intime) où le sourire est une forme de langage. Et tout ça à deux pas de la place de la Bastille.

© Clotilde Boudet


Il y a tant de choix sur la carte (des recettes traditionnelles et d’autres, plus modernes), des plats  aux noms exotiques qu’on voudrait tous goûter (ou redécouvrir)… Le mieux reste de se faire plaisir avec un Menu Royal (48 €) constitué d’un assortiment de mets faits à base de produits de qualité. 5 petites entrées, 5 portions de plats différents accompagnés d’une portion de riz, et en dessert, une assiette de fruits. Pour les gourmands (si tenté que vous ayez déjà réussi à finir tout ça), la soupe, « tom yam khung » aux crevettes géantes et citronnelle ou « tom khan kai » au poulet et noix de coco, est en supplément.

Menu Royal (les plats) + Brochettes sauce saté © Clotilde Boudet

Nos coups de coeurs ? Le « pla samrod », du poisson frit servi avec une sauce légèrement pimentée aux oignons et poivrons. Les brochettes de poulet au saté sont à tomber par terre (et les adeptes savent comme il est dur de trouver de la bonne sauce saté dans les restaurants asiatique). Quant aux plats à la carte, le « pla neung manao », un bar entier poché au citron vert et à la citronnelle, recette populaire du Nord-est du pays et la « laab ped », salade de magret de canard à la mandarine, sont terriblement appétissants.

Si vous êtes végétarien, vous succomberez au « himmapan » de la simili-carné frit, noix de cajou, ananas frais et maïs nain. 

Magret de canard à la mandarine, citron vert, tamarin, litchi, sucre de palme et coriandre. © Blue Elephant


Bref, chaque bouchée est un émerveillement qui s’ajoute au plaisir d’un service impeccable, dans un lieu insolite et romantique.
Rappelez-vous cependant d’une chose : si ce repas vous a donné envie de voyager en Thaïlande, « mai phet » signifie « sans piment », et vous risquez d’avoir à l’utiliser…

  • Menu midi: de 14,80 € à 27 €
  • Menu soir : de 48 € à 59 €
  • A la carte : plats de 24 € à 32 €

Les infos pratiques

  • Téléphone : 01 47 00 42 00
  • Site web : https://www.blueelephant.com/
  • Adresse : 43-45 Rue de la Roquette, 75011 Paris

Evasion champêtre à l'hôtel Barn

Et si on s’octroyait une petite escapade champêtre ? A l’hôtel Barn, sur la propriété de la Cense, la nature est au coeur de votre séjour. Tout est fait pour que vous ne pensiez qu’à vous et votre bien-être.

Le printemps est là, le soleil fait des percés, mais les températures restent fraîches une fois le soir tombé. Une météo idéale, pour un week-end passé à arpenter la nature puis à se réfugier au coin du poêle, dans une des deux granges rouges entourées de chênes, d’ormes et de bouleaux de l’hôtel 4 étoiles le Barn, ouvert à l'été 2018. Une opportunité de déconnecter du quotidien, au cœur de la forêt de Rambouillet. Le Barn s’étire sur un domaine de plus de 200 hectares, à la lisière de la Vallée de Chevreuse.

Hotel Barn ween end champetre Rambouillet
© HotelLeBarn

Dès le matin, votre quotidien n’existe plus ; la brume crée un décor irréel, presque magique. Profitez en pour arpenter la campagne, à vélo, à cheval ou à pieds. Au programme : prairies à perte de vue où paissent des équidés et un étang bucolique pour une balade romantique.

L’architecte Antoine Ricardou a lié le style maison de campagne et le contemporain pour faire de l’établissement une ode à l’évasion et au repos.

Hotel Barn evasion campagne Rambouillet
© HotelLeBarn

week end campagne proche paris
© HotelLeBarn

Si vous êtes adeptes du yoga, l’équipe du Tigre Yoga Club vous accueille tous les samedis et dimanches, de 10h00 à 11h00 et de 11h00 à 12h00 (sur réservation) pour des cours d’une heure à 24€ par personne. Et pour les petits, de 3 à 12ans, un cours leur est dédié de 9h30 à 10h30. 

week end campagne proche paris
© HotelLeBarn

Je vous parlais de bien-être, au Barn, un espace lui est entièrement dédié, dans un ancien moulin. Sauna, hammam et, à l’extérieur, des bains nordiques ouverts sur les bois et les enclos des animaux sont à votre disposition. Là, une ostéopathe et un masseur ayurvédique travailleront à votre relaxation.

De quoi passer un moment hors du temps et se débarrasser de toutes vos tensions.

spa bien-etre rambouillet
© HotelLeBarn

Tout ce que vous avez à faire, c’est choisir entre une chambre classique, donnant sur les prairies, une chambre supérieure à la décoration inspirée par le style des campagnes françaises et par le mobilier Shaker américain. Ou faites vous plaisir, le temps d’une ou deux nuits, avec une chambre Deluxe ou une suite, pour s’envelopper de calme, de charme et de grands espaces.


L'effervescence de la capitale n’est qu’à 45 km, mais elle n’a jamais semblé aussi loin…

  • Combien ça coûte ? A partir de 167 € la nuit, réservation en ligne / au 01 86 38 00 00.
  • Comment y aller ? Le Moulin de Brétigny, 78830 Bonnelles. Comptez 45 minutes en voiture, via la N118 et l’A10.

Les Belles Etapes du Tour de France : Paris 

Plus précisément, les Champs Elysées ! C’est sur cette avenue mythique du VIII ème arrondissement de Paris, créée en 1670, qu’a pris fin,  dimanche 29 juillet, le Tour de France 2018. Après avoir parcourus 3351 kilomètres, c’est sur la plus belle avenue du monde, longue de presque 2 kilomètres, que les coureurs du Tour ont achevé leur périple. L’avenue relie la place de la Concorde à la place Charles-de-Gaulle.

Après vous avoir fait découvrir 6 villes étapes superbes (parmi tant d’autres), nous voici arriver au bout de notre série des Belles Etapes du Tour de France !

L’info insolite : L’avenue tire son nom du lieu des Enfers où les âmes vertueuses trouvaient le repos dans les mythologies grecque et romaine. Autre fait étonnant, le soleil ne se couche pile dans l’axe des Champs Elysées que deux fois par ans. Aux alentours du 10 mai et du 1er août. L’astre descend alors dans le ciel pour arriver, rougeoyant, juste sous l’Arche de Triomphe. Un spectacle superbe !

L’atout majeur : A son extrémité ouest se dresse l’Arc de Triomphe, justement. Un monument construit en 1836, sous Napoléon I er, par l’architecte Jean-François Chalgrin. À ses pieds se trouve la tombe du Soldat inconnu, inhumé en 1921, et qui symbolise les victimes de la Première Guerre mondiale. La flamme du souvenir qui se trouve entre ses quatre socles est ravivée chaque soir à 18h30, par des associations d'anciens combattants ou de victimes de guerre.

Les choses à voir : La grande roue de Concorde, c’est fini ! Mais la Place conserve un charme certain, qui vaut le coup d’oeil surtout la nuit tombée, éclairée par les phrases nombreux des voitures. Passez devant l’hôtel de la Païva, au numéro 25. C’est un des plus vieux hôtel particulier de l'avenue, entre 1856 et 1866 par l’architecte Pierre Manguin. Il constitue l'un des meilleurs exemples bien conservés d'architecture privée du Second Empire. Mais sur les Champs, le maître mot c’est avant tout le shopping ! Luxe, prêt à porté, concessionnaires de voiture, parfumerie…  Parfois dans un décor magnifique, comme au numéro 78, sous les Arcades. Bref comme chantait Joe Dassin : « Il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées »

Se divertir : Le célèbre cabaret Lido, ouvert en 1946, a commencé à se faire un nom lors de la Belle Epoque. Notamment grâce à sa décoration vénitienne et sa plage. Aujourd’hui , l’établissement propose deux spectacles par jour, qui rendent hommage à Paris dans ce qu’il a de plus essentiel et vibrant : son amour de l’art, du fantasque et de la beauté. Édith Piaf, Laurel et Hardy ou encore Dalida, se sont produits sur sa scène. En profitant d’un dîner, laissez vous envoûter par le charme des danseuses de la très sexy troupe des Bluebell Girls, avec leurs plumes et leurs nuées de paillettes… Ou par tous les autres artistes qui se produisent au Lido. Ils rendent tous merveilleusement bien hommage à la ville lumière. (116 bis Avenue des Champs Elysées, 75008 Paris ; 01.40.76.56.10 ; à partir de 130 €)

Une spécialité : Sur les Champs Elysées, vous pouvez déguster une des spécialités les plus gourmandes et délicates de Paris : le macaron ! Et quel meilleur endroit pour cela que Ladurée ? Si les petits gâteux rond feront frissonner vos papilles de plaisirs, le spectacle est aussi au menu du restaurant et dans le design des lieux. Au rez-de-chaussée, la verrière Eiffel et la terrasse offrent une vue idéale sur l’avenue. Le bar est enchanteur, tout comme les différents salons du premier étage, dédiés aux égéries de l’époque. Le tout s’inspire du style du Second Empire et est magnifiquement réalisé par le décorateur Jacques Garcia. (75 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris ; 01.85.56.28.41 ; 2,60 € le macaron ; Menu complet à 42 €)

Où dormir : Dormir sur la plus belle avenue du monde, c’est s’assurer une expérience de luxe inégalée. L’hôtel 5 étoiles Marriott incarne à la perfection l’élégance parisien. 3 restaurants, un centre de fitness, une terrasse privée et un bar, où vous pouvez déguster de délicieux cocktails sous une immense verrière… Rien n’est trop beau pour les Champs Elysées. Dans vos chambres vous attendent lit king size et salle de bain en marbre, dans une décoration sobre et raffinée. (70 avenue des Champs-Élysées, 75008 Paris ; 01.53.93.55.00 ; à partir de 482 € la nuit)

Où manger : Entrez dans le Copenhague, et vous voilà loin du tumulte des Champs. C’est le restaurant de la mythique Maison du Danemark. C'est le seul de l’avenue à avoir une étoile au guide Michelin ! Vous entrez dans un espace chaleureux, accueillant, à la décoration élégante et épurée typiquement nordique. La carte est signée Andreas Møller, jeune et talentueux chef danois. A la carte, du poisson, évidemment, mais surtout des produits frais ! Le poisson est assuré de mettre moins de 10h pour arriver de la Bretagne, où il est pêché par les frères Jago, à votre assiette. Des mets d’exceptions, travaillés avec finesse. (142, Avenue des Champs-Elysées,  75008 Paris ; 01.44.13.86.26 ; Menu déjeuner à 55 €) 

Le Meilleur hôtel de Paris, mais pas que !

Média de référence dans l’industrie du tourisme aux Etats-Unis, le magazine Travel + Leisure et ses lecteurs ont élu La Réserve Paris comme « Meilleur hôtel » parisien et « Meilleur City hôtel d’Europe », dans le cadre de sa 23 ème édition des « World’s Best Awards ».

Le 24 juillet 2018, c’est à New York que Jean-Luc Naret, CEO de La Réserve  et  Directeur  Général  de  La  Réserve  Paris, recevra  ces prestigieuses distinctions.

En retrait de la plus belle avenue du monde, au coeur du VIII ème arrondissement de Paris, La Réserve offre une vue époustouflante sur la Tour Eiffel et les verrières du Grand Palais. Conçu par Jacques Garcia dans un bâtiment datant de 1834, cet hôtel prestigieux revêt toute l'élégance d'un appartement privé du XIXe siècle.

Il a gardé le charme de ces hauts lieux de vie parisiens, avec des grands espaces intimes dans le style classique, où l’art se mêle à la détente. Que ce soit dans sa bibliothèque où se jouent des  concerts  de  jazz,  dans sa piscine  intérieure  de  16  mètres, dans un  de ses spas ou dans sa cave à vin... Tout à la Réserve respire le grand Paris.

Les deux restaurants de cet hôtel 5 étoiles rendent, quant à eux, hommage à la gastronomie française. Le Gabriel, deux étoiles au Guide Michelin, où opère la magie du chef Jérôme  Banctel,  et  La  Pagode  de  Cos,  une  brasserie  chic et créative.

Un lieu à part, conçu pour les amoureux du raffinement donc, que le monde entier semble nous envier !

(42 Avenue Gabriel, 75008 Paris ; 01.58.36.60.60 ; à partir de 1050 € la nuit)

Le "Royal" bootcamp

C’est un voyage dans la douleur, à la rencontre de vos limites, et jusqu’au dépassement de soi. Déjà, le mot effraye : « bootcamp ». On se figure instantanément des militaires en rangers rampant dans la boue tandis qu’un instructeur à l’air pas commode leu hurle leur nullité à la figure. Par sadisme, envie de se challenger ou par curiosité, de plus en plus de personnes « lambdas » s’essayent pourtant à cette pratique inspirée des entrainement des commandos américains.

Le saviez-vous ? Le célèbre 5 étoiles parisien, le Royal Monceau, a décidé de s’emparer du phénomène. Depuis le moi de mai, et jusqu’à la fin du mois de septembre, pour 150 € ou 180 €, selon la formule, le palace vous ouvre ses portes en mêlant luxe et séance intensive de sport. L’idée ? Tous les mardis pendant 1 heure, dès 7 heures du matin (oui, le « bootcampeur » est un lève tôt) et tous les dimanches pendant 1 heure et demi, dès 8h, un coach privé vous fait suer en plein air. Cette séance en extérieure s’adapte à l’architecture du parc Monceau, donc préparez-vous à faire des pompes sur les bancs, et des tractions pendus aux branches des arbres.

Une fois votre cardio bien emballé, rachetez vous auprès de vos muscles meurtris au spa de l'hôtel. La mise en pratique du dicton, « Après l’effort, le réconfort ». Piscine de 23 mètres, sauna, hammam.. On pari que c’est là que le Bootcamp du Royal Monceau commencera à vous plaire. Avant 10h30, vous pourrez également vous remplir l’estomac, car on le sait bien, le sport ça creuse !  Au restaurant de l’hôtel, Pierre Hermé vous charme avec ses viennoiseries, les fruits frais sont à l’honneur, ainsi que des produits de la mer ou encore des spécialités libanaises. De quoi ravir ses papilles et continuer sa journée de travail sous les meilleures hospices ! Pour les sportifs courageux du dimanche, votre accès au spa s’éternise après le petit-déjeuner, et ce jusqu’au soir !

Les touristes sont de retour à Paris

Le tourisme parisien ne faisait pas de vague au printemps, mais l’été s’annonce prometteur ! La fréquentation touristique de la capitale sera globalement stable, voir en hausse. Il en sera de même dans tout le pays.

Rappelons qu’après les attentats de Novembre 2015, plus d’un million de touristes avaient boudé Paris. Il suffit aujourd’hui d’emprunter le métro ou de se promener sur les Champs-Elysées pour confirmer que les étrangers sont de retour ! Selon Jean-François Martins, adjoint chargé du sport et du tourisme, la capitale attendrait 9 millions de visiteurs cet été, un chiffre qui fait rêver les professionnels du tourisme.

Malgré la petite baisse de 2% des arrivées de touristes étrangers sur le sol français en 2016, il n’y a donc pas qu’au football que la France brille.  Elle reste le pays le plus visité au monde ! Nulle doute que si les bleus l’emportent dimanche prochain lors de la finale de la Coupe du Monde, les touristes présents en masse dans la Capitale, ne regretteront pas d’être venus.

Et pour ceux qui n’aimeraient pas le football, depuis le 7 juillet, dans le tout nouveau Parc Rives de Seine, les transats et les palmiers ont envahis les quais pour une nouvelle édition de Paris-Plages. Un moment de détente assuré après le bain de foule des musées et transports en commun.

Réouverture du mythique Lutetia

C’est un hôtel mythique de la rive gauche parisienne qui va rouvrir ses portes mercredi 12 juillet, après 4 années de travaux.

Le groupe israélien Alrov, propriétaire des lieux depuis 2010 a décidé de monter l’hôtel en gamme afin d’en faire le premier Palace de la Rive gauche. C’est le célèbre architecte et designer français Jean-Michel Wilmotte qui s’est chargé de relifter cet établissement vieux de 108 ans.

A la clé ? Moins de chambres, pour plus d’espaces. Un spa "akasha", spécialisé dans les soins holistiques, qui s’étendra sur 700 mètres carré de sous-sol et un club jazz, clin d’oeil à l’époque où le Lutetia était le repère des génies artistiques du XXeme siècle.

Dans son roman « Lutetia », publié en 2006, dont l’intrigue se déroule en partie dans l’établissement légendaire, Pierre Assouline écrivait : « Car si tout grand hôtel est un lieu hanté, celui-ci l'est plus que d’autres. » En effet, le Lutetia, est hanté par l’esprit du grand Paris. D’André Gide à Picasso en passant par Serge Gainsbourg et Albert Cohen, qui y réside le temps d’écrire son chef d’oeuvre « Belle du Seigneur », nombreux sont-ils à être venu chercher, dans ses salons cossus, « l’inspiration du passé ».

Plus que trois jours à attendre pour découvrir le bijou restauré de la rue Raspail, dans le VI ème arrondissement, qui promet de faire honneur au standing parisien. Avec, entre autres surprises, le chef triplement étoilé Gérald Passédat à la tête des cuisines.

Changeons d'Air(s) : Un festival durable

"Changeons d'Air(s) !" La Fondation GoodPlanet organise la semaine prochaine un festival au nom "Changeons d'Air(s)" pour concevoir les vacances et le tourisme du point de vue durable et éthique. Cet événement qui a lieu le week-end du 2-3 juin attend plus de 1500 personnes. Au domaine de Longchamp, le programme est chargé : des conférences sur le tourisme et la protection animale, des rencontres avec des voyageurs et bloggeurs, de nombreux ateliers, des dégustations, des expositions ou encore des concerts pour animer le week-end.  Les co-organisateurs l'ATES, la Fondation GoodPlanet et le réseau Acteurs du Tourisme Durable mettent donc à l'honneur, la réduction de l'empreinte carbone pour les vacanciers, et l'augmentation de leur impact social. Protéger la planète et lutter en faveur des droits de l’Homme seront les maitres mots de ce festival.

Selon la fondation GoodPlanet, 7 français sur 10 souhaitent avoir une attitude bénéfique pour la planète que ce soit dans leur vie de tous les jours ou même en vacances.

Vous pouvez consulter la programmation ici : https://www.goodplanet.org/fr/domaine/changeons-dairs/

Image: ©Jean-Pierre Colly