bienvenue sur voyager ici & ailleurs magazine

La plus intense des îles françaises

Département d’outre-mer français de 2512 km2 , la Réunion n’est en réalité que la partie émergée d’un des plus grands volcans sous-marins et encore en activité du monde.

En surface, elle est formée de deux massifs volcaniques. Le piton des Neiges, éteint depuis 12 000 ans, qui culmine à 3 070 mètres ; et le piton de la Fournaise, bel et bien réveillé, puisqu’un des plus actifs du monde. Elle porte bien son nom d’île intense !

Difficile de savoir qui, du vert de ses flancs, de l’ébène de sa roche ou du bleu de son océan est le plus vibrant.

Vue aérienne de l'île de La Réunion

L’île offre un tel mélange de paysages, tous plus époustouflants les uns que les autres... 42% de son territoire est d’ailleurs inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Et quel plaisir formidable il y a, de passer d’un tableau de maître à un autre, au grès des visites.

Entre montagne et lagon

Un des atouts de l’île de la Réunion, c’est la multitude d’activités proposée et le contraste surprenant de son relief. Par exemple, il n’y a qu’un petit peu plus de 100 kilomètres entre la plage de l’Hermitage, avec son rempart de filaos aux racines volantes, et le point de départ d’une randonnée qui vous amènera au cour du cirque de Mafate.

Le matin, vous sirotez une Cot’ (la limonade locale), les pieds dans un sable blanc doux comme la soie, à l’ombre des fameux « arbres de fer ». Et puisque la barrière de corail constitue une protection naturelle contre les requins, il n’y a pas de risque à enfiler masque et tuba et à se laisser embrasser par l’eau tiède du lagon.

Si les coraux ont souffert du tourisme de masse, un programme de protection leur permet de réinvestir peu à peu les eaux peu profondes réunionnaises ; et il reste assez de poissons colorés et de concombres de mer pour ravir petits et grands.

2h30 de voiture plus tard, un petit pull s’impose lorsque vous arrivez sur le parking du Col des Boeufs. Enfilez vos chaussures de marches et c’est partie pour l’aventure ! Préparez vous à avoir le souffle coupé. Peut-être par la descente et ses 500 mètres de dénivelé, mais surtout par l’écrin de verdure époustouflant qu’est le cirque de Mafate. C’est le seul à n’être accessible qu’en hélicoptère ou à pied, ce qui en fait un paradis préservé.

Pour les plus aguerris, 2h de marche suffisent pour rejoindre la Nouvelle. Cet îlet, enclavé entre quatre parois montagneuses et entouré d’une jungle luxuriante, donne l’impression que le temps s’est arrêté. Une poignée de case colorées et une église à l’architecture plutôt moderne, voilà de quoi se compose ce hameau situé à 1400 mètres d’altitude.

Un silence que seul hache le « cocorico » d’un coq « vayan » (le créole de « vantard »), des odeurs de carrie qui s’élèvent à l’heure des repas et une nuit que n’éclaire qu’un ciel constellé d’étoiles ; voilà ce qui vous attend à La Nouvelle.

Un délice pour tous les sens

Les couleurs chatoyantes se retrouvent également dans les assiettes ; associées à des saveurs enivrantes. Et je ne vous parle pas de la ribambelle de rhum arrangés installée sur le bar, qui n’attend que d‘être dégustée. Je vous parle de la tradition culinaire réunionnaise, dont la richesse et la diversité font écho à la culture métissée de l’île.

Le Palmier auberge paysanne (21 chemin de Ceinture 97442 Saint Phillipe ; +33 (0)6 92 69 03 48), est sans conteste l’un des meilleurs restaurants de l’île. Jules-André, le propriétaire, également cultivateur de palmistes, vous fera découvrir le goût subtil et la texture fondante de ce met rare et délicieux. En salade comme entrée, ou baigné dans la sauce généreuse d’un carrie poulet, c’est un florilège de palmiste dans un cadre idyllique.

Quant à vos journées sur les plages, sachez que le pique-nique réunionnais n’a rien du classique jambon-beurre-chips ! Il n’est pas rare de voir les familles investir le front de mer avec d’immenses marmites, des nattes et des réchauds. Aucune excuse possible pour ne pas déguster un délicieux rougail saucisse ou un chop suey aux saveurs chinoises.

Chez Racine est une institution pour tout ceux qui ne veulent pas quitter leur serviette à l’heure du déjeuner. Face à la plage de l’Hermitage, ce snack qui ne paye pas de mine ravira vos papilles pour quelques euros. Des envies de fruits de mer ? Pourquoi ne pas emporter sur le sable votre barquette de civet zourite ? Un plat emblématique composé de poulpe mijotant dans une sauce au vin rouge.

Pour les adeptes de gastronomie, Le Cap, fameux restaurant de l’hôtel quatre étoiles Le Boucan Canot, est une adresse incontournable. Il possède une terrasse où, en juillet et en août, vous pourrez (avec un peu de chance) vous sustenter en observant l’envoûtante danse aérienne des baleines. Le risque ? Que vous passiez plus de temps à regarder l’horizon qu’à déguster les plats subtilement élaborés du chef.

Saut de baleine au coucher du soleil

Actuellement au programme de son menu ? « Fraicheur de Saumon Ora-King  à la betterave, noisettes grillées et jeunes pousses de salade » ou encore « Magret de canard, légumes de saison et goyaviers, jus court au saké ».

Une île intense donc, qui rassasiera tous vos appétits.