• BIENVENUE SUR VOYAGER ICI & AILLEURS MAGAZINE

Passeport pour l’Aventure – Nouveau Land Rover DEFENDER

Passeport pour l’Aventure – Nouveau Land Rover DEFENDER

Passeport pour l’Aventure – Nouveau Land Rover DEFENDER 1024 873 VIEA

L’AVENTURE, L’ULTIME INSPIRATION

Une piqûre de rappel ne fait jamais de mal : en ces temps si particulier où la liberté de se déplacer est provisoirement discutée, l’on se rend compte, confiné chez soi, que l’appel de la nature, de la découverte, de l’évasion, n’ont certainement jamais été aussi forts. Dès lors, même arrêtée sur un parking, une auto de la trempe du Land Rover Defender a déjà cette capacité à vous transporter. Au fil des années, à force d’en voir crapahuter aux quatre coins du monde, dans les endroits les plus inaccessibles et inhospitaliers, le Defender est entré dans notre subconscient comme notre passeport vers l’impossible. Une présence familière, chaleureuse, rassurante. L’ami qui ne vous laissera jamais tomber. L’aventure, toutefois, reste un concept très personnel : au coin de la rue ou au bout du monde, personne n’a à vous dicter l’intensité de ce que vous ressentez. Néanmoins, quand Land Rover a choisi d’accompagner Alban Michon, c’est parce que le Defender et le plongeur de l’extrême sont fait du même matériau, dévoilent une volonté et des capacités que rien ne peut arrêter. Pas de doutes, ces deux-là forment une belle paire. Découvrez avec nous dans les pages qui suivent comment ils peuvent nous inspirer.

PLONGEUR DE L’EXTRÊME – Alban Michon

Quel est le point commun entre une petite rivière en Champagne-Ardenne et les eaux glaciaires ? Le destin, le sens de l’aventure, la détermination, encore des valeurs qui lient Alban Michon à Land Rover !

Né en 1977 dans l’Aube, rien ne disposait, peut- être, ce jeune garçon à devenir le spécialiste des plongées polaires. Et pourtant : découvrant la plongée souterraine en Côte d’Or à l’âge de 11 ans, Alban Michon deviendra moniteur de plongée professionnel en 1999, et seulement un an plus tard, devient propriétaire de l’École de plongée sous glace de Tignes (Haute-Savoie) puis, dans la foulée, de celle de Vasques du Quercy (Lot). Ces écoles vont lui permettre de se professionnaliser, en proposant notamment des formations notamment à la Gendarmerie. Pendant ces années, ô combien formatrices, Alban Michon peaufine son projet et déroule sa stratégie : le voilà accompagnateur de plongées extrêmes tout en soignant l’accompagnement cinématographique de ses aventures, afin de les faire partager au plus grand nombre. 

 

L’ÉCOLE DES EXPLORATEURS

Que faire quand vous vous trouvez nez à nez avec un ours blanc, sous trois mètres d’eau ? Comment rester au chaud par – 50 °C et que faire en cas d’hypothermie ? Comment tracer sa route dans un océan de glace et d’icebergs, comment lire la glace en fonction de sa couleur ? Comment faire accoster un kayak sur la banquise par forte houle, sans chavirer ? Comment monter une tente en pleine tempête ? Comment garder la foi en toutes circonstances ? Alban Michon a la réponse à toutes ces questions. Certes, ces questions ne sont pas forcément celles que l’on se pose tous les jours. Mais, en partant du principe qu’un Land Rover Defender est capable de vous emmener dans les endroits les plus in- hospitaliers de la planète, et surtout de vous en faire revenir, il vous appartient d’être prêt à toutes les éventualités quand vous quitterez son habitacle douillet.

Le principe est simple : parce qu’il a déjà eu à affronter les conditions les plus extrêmes, qu’il aborde avec calme, méthode et une bonne dose de préparation, Alban Michon a ainsi créé l’École des Explorateurs, basée à Tignes. Une véritable aventure commence par une bonne préparation. Pour la réussir, quand les choses ne se passent pas comme prévu, il faut aussi pouvoir compter sur la qualité du matériel pour faire la différence : c’est en ce sens que Land Rover s’est totalement associé à cette démarche et a souhaité devenir partenaire de cette École des Explorateurs, unique en son genre. L’École des Explorateurs est à l’écoute des pro- jets les plus variés, allant d’une simple remise en condition de plongée en eaux glacées, à des programmes plus complets. L’École des Explorateurs est également parfaite pour les programmes de team building, ainsi qu’à des moments relaxants, en admirant les étoiles, dans une combinaison étanche, en flottant sur l’eau. Quelle meilleure sensation pour comprendre les en- jeux et les équilibres de la nature ?

 

QU’EST CE QUE L’AVENTURE EN 2021?

Alban, qu’est-ce qu’être un aventurier aujourd’hui ? C’est quelqu’un qui n’a pas peur d’oser faire des choses, pas peur d’oser vivre sa vie, la vie qu’il souhaite. Mais c’est quelqu’un qui transforme sa peur en appréhension. L’aventurier ose, là où la société d’aujourd’hui conduit à surtout ne pas prendre de risques.

Qu’est-ce que l’École des Explorateurs ? Quand j’ai débuté les explorations, on était seul, on se débrouillait, et il y avait plein de choses qui n’allaient pas, sans compter le fait qu’on pouvait se mettre en danger. Un jour, nous avons pu être conseillé par Jean-Louis Etienne, mais il n’est pas accessible à tout le monde. J’ai donc monté cette école à Tignes, où l’on dispose d’un espace grandiose, on peut passer à travers le lac gelé, c’est un terrain de jeu qui se rap- proche des conditions du monde polaire. Cette école est là pour accompagner des gens qui ont des projets. Ça sert à apprendre la patience, la persévérance, et ça, c’est commun à tous les projets, pas seulement ceux qui veulent aller dans les pôles.

Le monde moderne est cartographié dans sa globalité. Que reste t’il à découvrir ? C’est intéressant, cette vision des choses, car c’est totalement faux. Ce qui est vrai, c’est que l’on ne va pas dé- couvrir de nouveaux territoires. Par contre, 70 % des océans sont méconnus. L’explorateur travaille dans les détails. J’ai un ami qui est explorateur à Madagascar et son rôle, c’est d’aider à faire une cartographie exacte. Les explorateurs et scientifiques découvrent chaque année entre 15 et 17 000 espèces végétales et animales, leur rôle reste essentiel.

Y’a-t-il un endroit au monde que ne pourrait pas atteindre un Land Rover Defender ? Ce qui me parle, c’est la banquise, et je pense qu’un Defender pourrait encore aller sur la banquise arc- tique, mais il y a quarante ans, on avait six mètres d’épaisseur, et aujourd’hui, on n’a plus que deux ou trois mètres. Donc il peut y aller, mais pour combien de temps encore ?

Outre votre passion de la plongée, vous êtes fans d’automobile. Quels sont vos premiers souvenirs de Land Rover ? J’ai été construit sur deux souvenirs, ceux du commandant Cousteau, et du Camel Trophy, où les candidats étaient dans la boue, et s’en sortaient grâce à l’entraide, en démontant les autos, en construisant des ponts et à ce véhicule qui passe partout.

Quelles sont les valeurs communes que vous avez avec Land Rover ? On s’est vraiment bien entendu car on a la valeur de l’aventure : l’audace, le dépassement de soi, l’esprit de conquête. Land Rover ose et moi aussi ! Une autre chose importante, c’est la remise en question ; je dois m’adapter au monde qui est en train de se créer, comme Land Rover. Ils le font peut-être par obligation, mais aussi par conviction, car avec les engins hybrides, c’est le monde de demain qui se crée aujourd’hui.

En tant qu’aventurier, quelles émotions peut-on encore ressentir au volant ? J’ai la chance d’avoir la tente de toit sur le Defender, et le bivouac, l’odeur de la nature, en termes d’émotions, c’est très fort, que l’on soit au bord de la mer ou en montagne. Quand je suis posé sur le toit de mon véhicule, dans ma tente, je suis dans un cocon, c’est un vrai bien- être. Et sur les chemins, je ressens la terre, les pierres, un peu comme quand je découpe de la glace sur la banquise, le Land Rover me connecte au terrain.

 

Le Land Rover DEFENDER 2021

Combien d’automobiles ont eu droit à une réincarnation sans que l’esprit de la nouvelle ne trahisse la moelle de l’originelle ? Elles se comptent, litté- ralement, sur les doigts d’une main. Le Land Rover Defender est de celles-ci, sans aucun doute, et cela démontre à quel point les ingénieurs et chercheurs de chez Land Rover en avaient saisi toute la substance, et qui ont juste sublimé et modernisé l’esprit de cet intemporel aventurier. Admirons la finesse et la justesse du design, qui ne s’éloigne jamais vraiment de la simplicité du trait originel, tout en le rendant subtilement moderne. Le Defender de nouvelle génération conserve l’esprit de son prédécesseur : il s’agit d’un véhicule aux capacités extraordinaires, au sens propre, capable de vous emmener dans les coins les plus reculés de la planète. Mais, là où l’ancien Defender pouvait, parfois, être un peu rustique, le nouveau ne fait plus aucun compromis en termes de confort et de facilité de conduite.

Le nouveau Defender est pleinement dans son époque : différents modes de conduite du Terrain Response permettent, d’une simple pression sur un bouton, de configurer son véhicule (direction, transmission, suspensions, freins) pour s’attaquer à un nouveau type de terrain, qu’il soit fait de neige, de boue, de sables ou de cailloux. Land Rover va même plus loin en dotant son Defender d’un système de vision par caméra, le Clear Sight Ground View, qui permet de voir en détail le niveau de difficultés qui se situe sous les roues. Toujours aussi efficace, le Defender n’a jamais été aussi facile !

LE PACK EXPLORER

Si le Defender peut endosser le rôle de véhicule du quotidien à la perfection, il est aussi tout à fait capable de vous permettre de dépasser vos propres horizons. Alors, l’été prochain, où allez vous l’emmener ? Sur les pistes pentues du Khardung-La, la plus haute piste carrossée de l’Himalaya, à près de 5700 mètres d’altitude, où plutôt dans le majestueux Fish River Canyon, au sud de la Namibie. Il ne tient qu’à vous d’en décider ; le Defender sera toujours partant, mais pour ce type de voyages, Land Rover tient malgré tout a vous accompagner en vous proposant d’opter pour le pack Explorer.

 

LE DEFENDER VERSION HYBRIDE RECHARGEABLE

Le Defender est plus que jamais dans son époque, où les préoccupations écologiques sont, à juste titre, prédominantes dans nos sociétés. Ainsi, le Defender se targue d’offrir le type de motorisation qui convient le mieux à l’usage de chacun : non contents d’offrir un large choix de motorisations, en Diesel (D200, D250 et D300) comme en essence (P300 et P400), Land Rover inclut également une motorisation hybride rechargeable, P400e, parfaite pour un usage quotidien. En effet, ce type de technologie concentre le meilleur des deux mondes : un moteur électrique de 105 kW jouxte le moteur thermique et offre, rien que sur seule force des batteries d’une capacité de 19,2 kWh, une autonomie de 43 kilomètres sans consommer une seule goutte d’essence. De fait, la consommation officielle mixte en ressort à 3,3 l/100, à condition bien sûr de pouvoir recharger régulièrement, ce qui est possible en deux heures sur une wallbox 7 kW, prend 7 heures sur une installation domestique, la nuit, par exemple, ou carrément en 30 minutes sur une borne rapide.

En cumulant le moteur électrique avec le moteur thermique de la P300, la puissance cumulée du Defender P400e est alors de 404 chevaux et le couple de 640 Nm. Sans nul doute, les performances sont de premier plan, mais le plaisir de traverser les villes en silence et sans émissions primera sans aucun doute sur tout le reste, d’autant que l’on peut, sur la route, décider de préserver les batteries pour sa prochaine traversée d’agglomération. Ainsi, Land Rover démontre que l’automobile d’aventure et la conscience de contribuer à un meilleur environnement ne sont pas incompatibles, bien au contraire. Enfin, une application, Land Rover Remote, permet de contrôler le niveau de charge de son véhicule, voire de le programmer.

 

LES VERSIONS 90/110

Les fans du Defender historique l’appellent parfois par son surnom, le « Def », mais plus souvent par un numéro : 90 ou 110. Un chiffre symbolique que Land Rover a souhaité conserver pour distinguer les deux versions de cette nouvelle génération. Pour faire simple, cela permet de distinguer les deux types de carrosserie : le 90, c’est le trois portes, le 110, c’est le cinq portes. Les deux ont de nombreuses choses en commun : la partie avant et arrière de l’auto sont strictement identiques, seule la 110 est rallongée de 435 mm, pour étirer la section centrale du Defender et offrir plus d’espace à bord, jusqu’à 7 sièges.

On va vous dire un secret : l’origine des noms 90 et 110 tenait dans la taille, en pouces, de l’empattement (soit le distance entre les axes de roue avant et arrière) du précédent Defender. Et pour être incollable sur la question, sachez que les toutes premières générations de Defender ont été des 88, 86 et 109. Sur le nouveau Defender, ces chiffres sont avant tout symboliques : en réalité, pour offrir plus d’espace, de confort et de technologie. L’empattement de ces deux nouvelles versions a grandi de quasiment 9 pouces. Les fans du Defender se souviennent des versions utilitaires de l’ancienne génération : le nouveau Defender perpétue la tradition avec des versions tôlées ‘Hard Top’, disponibles en version 90 et 110 et parfaites pour un usage professionnel.

Philippe Guillaume

Photographes :
Greg, Andy Parant, Nick Dimbelby, François-Xavier Richard, British Motor Industrie Heritage Trust, Triggershoots LTD