bienvenue sur voyager ici & ailleurs magazine

Evaneos, le voyagiste créateur de liens

Pour les dix ans d’Evaneos, Voyager Ici & Ailleurs revient sur le succès de ce voyagiste pas comme les autres, qui créent des ponts entre vous et des agences locales du monde entier.

Tout est parti de la volonté d’un homme, Eric La Bonnardière, qui rêvait d’associer son envie d’entreprendre différemment à sa passion pour le voyage. Il y a dix ans naissait ainsi Evaneos, première plateforme en ligne mettant en relation voyageurs et agences locales. Cette start-up cofondée avec Yvan Wibaux, est aujourd’hui une PME qui se porte bien, employant près de 200 salariés d’une vingtaine de nationalités différentes.

Evaneos voyagiste market place
L'équipe Evaneos en 2018 © Evaneos

Une entreprise sans frontières

Des profils métissés au sein même des bureaux parisiens de la société, 1300 agences locales partenaires à travers 160 destinations… Evaneos a vu grand et ne cesse de repousser les frontières. Pour Eric La Bonnardière et Yvan Wibaux, le voyage préféré, c’est celui qu'on va faire bientôt. C’est pour cela que les collaborateurs d’Evaneos mettent un point d’honneur à comprendre les envies et attentes des voyageurs qui font appellent à leur service.

Du « backpacker » à l’adepte des hôtels de luxe, du groupe d’ami(e)s en quête d’aventures au couple en quête de retour au source… Arrivé sur le site avec une destination en tête et (souvent) une feuille blanche entre les mains, chaque voyageur est mis en relation avec la personne la plus à même de l’aider à organiser son périple : un(e) local(e). Et si vous rêvez d’ailleurs mais n’avez pas d’idée précise quant à la destination finale, vous trouverez sans doute l’inspiration dans la rubrique « Où partir ? » du site web d’Evaneos.

Ouzbekistan Evaneos voyage
Chah-e-Zinda, Ouzbékistan © MehmetO


On pari que vous n’auriez jamais pensé à l’Ouzbékistan pour un séjour en septembre, à la découverte des légendes de la route de la soie ? Et pourtant… Des idées comme ça, le site en regorge et elles sont toutes 100 % personnalisables.

En fait, Evaneos a décidé d’humaniser le concept d’agence de voyage grâce à ses partenaires installés à travers le monde et minutieusement sélectionnés par des « areas managers ». Il est fini le temps où un conseiller enfermé dans son bureau vous parlez de ces choses à faire au bout du monde. Avec Evaneos, c’est le bout du monde qui vient vous parler de ses merveilles.

Capture d'écran du site d'Evaneos, où l'on découvre chaque agence locale partenaire

Voyager différemment, et mieux

Outre l’aspect humain de ce concept novateur, quels sont les avantages d’un voyage organisé par une agence locale ? Comme tout commerce, moins il y a d’intermédiaire, moins élevée sera la facture ; c’est le cas pour les prestations d’Evaneos. C’est également un moyen de participer directement à l’économie locale du pays qu’on souhaite visiter, et ce avant même d’avoir quitté son canapé.

Parce qu’il ne s’agit pas seulement de vous offrir une expérience différente, avec un voyage organisé sur-mesure dans les meilleures conditions, il s’agit aussi d’inciter la clientèle à voyager mieux. Un des leitmotiv d’Evaneos, c’est de vous faire découvrir la diversité et la richesse de notre planète. « Notre devoir est de la montrer et de la protéger grâce à un tourisme responsable et peu impactant pour les populations et les environnements », peut-on lire dans la charte de l’entreprise.

Parc National de Moremi, Botswana © Radek Borovka


Alors, à qui ferez-vous confiance pour co-créer votre prochain voyage ? Asanka, spécialiste du circuit hors des sentiers battus au Sri-Lanka, Estelle et son équipe basée à Grenoble, spécialiste des voyages Nature en France ou encore Bénédicte, qui n’attend que de partager avec vous son amour et expérience du Botswana ?

Evaneos vous invite à rencontrer en ligne, pour chaque destination, des experts avides de vous faire découvrir leur pays ou région. Pour que le voyage que vous êtes en train d’organiser soit vraiment votre préféré. 

Les guides Cartoville évoluent

En 2019, la collection de guides de voyage Cartoville, éditée par Gallimard, fait peau neuve. Des versions « augmentées » vont voir le jour, pour une découverte toujours plus approfondie des plus belles villes du monde.

Paris, Budapest, Copenhague, New York, Rome ou encore Tokyo… Voici quelques unes des villes qui font l’objet d’une nouvelle édition améliorée du « guide idéal de vos courts séjours ». La collection Cartoville s’offre, pour janvier 2019, 20 pages de contenu supplémentaire pour 21 de ses destinations les plus prisées. Ces nouveaux guides, toujours composés de bons plans, de dépliants et d’un carnet pratique, font la lumière sur 19 villes phares d’Europe et deux villes incontournables du monde (l’une aux Etats-Unis et l’autre au Japon). Chacune a été observée à la loupe et scrupuleusement détaillée pour que vous soient dévoilés tous ses secrets.

Budapest © Milan Gonda

Vous partez pour un week-end et voulez profiter judicieusement de chaque instant ? Associez les dix nouvelles pages, consacrées à dix incontournables de la ville, au programme (développé heure par heure) pour trois jours de visites et économisez bien du temps et des efforts. Vous partez avec un petit budget ? Les guides Cartoville améliorés vous donnent tous les bons plans gratuits, ou à petit prix… Tout en vous offrant de quoi vous repérer dans la ville : une carte détaillée, grand format, et une description des divers quartiers.

Vous n’avez jamais été scout et avez une peur bleue des cartes ? Pas de panique, le guide met à votre disposition des plans clairs et illustrés, avec localisation de centaines de sites, monuments et adresses recommandées ; et en nouveauté, des itinéraires à suivre pas à pas, pour des balades à thèmes inoubliables.

Vienne © Mapics

Autre nouveauté, et pas des moindres lorsqu’on n’est pas quadrilingue… Un lexique a été ajouté à votre guide Cartoville, pour avoir mots et expressions utiles juste sous la main et se faire facilement comprendre des locaux. Que vous viviez au jour le jour, ou que vous aimiez tout préparer à l’avance, cette nouvelle édition améliorée vous offre donc des guides à petit prix (dès 8,95 €), à prendre par la main pour des découvertes inédites.

Et rassurez-vous, si la destination de votre prochaine escapade ne fait pas partie des 21 villes ciblées par la nouvelle édition, l’édition standard de Cartoville propose plus de 100 destinations supplémentaires dont les guides sont régulièrement mis à jour.

New York © Dibrova

Les Cinq Terres : un paradis coloré

L’Italie ne se contente pas de faire divinement les pâtes et le tiramisu… Elle offre aussi des paysages à couper le souffle et un patrimoine d’une richesse rare. Les Cinq Terres en font partie ; cinq petits villages côtiers surplombant la Méditerranée et classés au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997. De quoi passer un long week-end hors du temps, entre le bleu de la mer, le gris des falaises, le vert des vignes et les façades multicolores des maisons haut perchées qui jalonnent les sentiers.

Il faut marcher ! C’est le meilleur moyen de découvrir et de se laisser happer par le charme de Riomaggiore, Manarola, Corniglia, Vernazza et Monterosso ! Les chemins de randonnée sont accessibles à tous ; et pour les plus aguerris, il est possible de relier Monterosso (le plus au nord) à Riomaggiore (le plus au sud) en 7 heures (25,8km) par un sentier payant. Le train vous permet également d’aller très facilement d’un village à un autre (au départ de la Spezia, il en part un toutes les 20 minutes).

Une demi-journée par ci, une demi-journée par là… 3 jours suffisent à vous en mettre plein les yeux (et l’estomac) !

Le vignoble des Cinq Terres est unique au monde © Kert
 Premier arrêt : c’est donc le village de Monterosso, le plus vieux et le plus grand, fameux pour sa belle plage (la seule de sable des « Cinque Terre »). Normalement, c’est d’abord l’effort, ensuite le réconfort… Mais au vue de la météo parisienne de ces derniers jours, j’ai pensé qu’on méritait de faire du réconfort une priorité, pour une fois…

Pas question de vous faire une liste des choses à visiter, parce que le mieux, c’est juste de s’égarer dans le village ! Vous finirez bien par tomber sur les merveilles qu’il cache, comme l’église San Giovanni Battista (13/14 ème siècle) ou la statue géante de Neptune(d’Arrigo Minerbi)…

  • Où manger Enoteca da Eliseo, un petit bar à vin authentique, tenu par Mary et Eliseo, où l’on déguste des aperitivo et des sourires à l’italienne. (Piazza Giacomo Matteotti, 3, Monterosso al Mare ; site web
  • Où dormir : L'hôtel Pasquale est un trois étoiles idéalement situé au coeur du vieux bourg ! Des 15 chambres, vous aurez vue sur la mer et si vous en faite la demande, vous pourrez participer à la démonstration de la méthode traditionnelle de préparation du pesto, dans un mortier. (Via Fegina, 4, 19016 Monterosso al Mare ; site web ; à partir de 85 €) 
La plage de Monterosso Al Mare © Kirk Fisher

 Deuxième arrêt : le village de Vernazza, qu’on dit être le plus pittoresque (et le plus beau). Son petit port charmant et coloré est le seul naturel des « Cinque Terre ». Un petit coin de paradis où vous aurez envie de prendre le temps… Le temps de visiter, par exemple, l’église marine dédiée à la Sainte Marguerite d’Antioche ou de déguster le fameux vin blanc d’appellation « le Cinque Terre ».

  • Où manger : Si la météo s’y prête, je vous conseille d’aller à la focacceria Batti Batti et à déguster votre foccacia (si vous arrivez à faire un choix…) au bord de l’eau, face aux montagnes. (Piazza Guglielmo Marconi, 8, 19018 Vernazza)
  • Où dormir : Le Mada Charm Apartment donne sur le port? C'est un appartement à louer, idéal pour un couple, dont la décoration est sobre et élégante. Le petit plus ? Un jaccuzi et un balcon ! (site web ; 160 € la nuit )
Impasse de verdure à Vernazza © Gorillaimages

 Troisième arrêt : c’est Corniglia, le village le plus haut (je ne vous parle pas de la vue…), juché sur un promontoire rocheux de 100 m de hauteur et entouré de vignes. Courage à ceux qui s’y risque à pied, par un escalier de 377 marches ! Pour les autres, un service de navettes a été mis en place. C’est le seul village des Cinq Terres à n’être pas directement relié à la mer. Ses ruelles, ses petites places aux terrasses paisibles, ses maisons à quatre étages aux couleurs vives… Pas de doute, ici, ça sent la « Dolce Vita » à plein nez !

  • Où manger : Envie de vous poser sur un canapé, face à la mer et de siroter un Spritz ? Courez au Terza Terra ! La terrasse de ce bar a des airs de bout du monde…Vous avez dit « far(e)niente » ? (Via Fieschi, 215, 19018 Corniglia)
  • Où dormir : La chambre d'hôte Corte del Gallo est pleine de charme et promet un séjour paisible dans une villa traditionnelle possédant 5 chambres. (Via Stazione, 31, 19018 Corniglia ; site web ; à partir de 125 €)
    Vue aérienne de Corniglia © Immaginario75

 Quatrième stop : direction le village de Manarola (lui aussi, c’est le plus beau des Cinq Terres…) où les vignes se cultivent en terrasse (les apéros aussi). Vous ne manquerez pas d’être émerveillés par le petit train monorails, construit dans les années 80, qui amène les viticulteurs sur leurs parcelles… 

  • Où manger : La Trattoria dal Billy met la mer dans votre assiette, et le bonheur dans votre bouche. Selon les arrivages de poissons frais, trois générations de pêcheurs et un chef vous régalent… Tout autant que la vue, époustouflante, sur le village et sur la mer. (Via A. Rollando, 122, 19017 Manarola ; site web)
  • Où dormir : La Torreta Lodge vous fera profiter gratuitement, chaque soir, d'un apéritif et d'un accès à ses bains à remous. La vue sur la mer de Ligurie est superbe et les chambres et suites, élégantes, sont des vitrines à oeuvres d'art contemporain  (Vico Volto 20, 19017 Manarola ; site web ; à partir de 250 €) 
  • Les façades colorées de Manarola s’illuminent la nuit © TessarTheTegu

 Et pour finir, on s’arrête à Riomaggiore, le premier village des Cinque Terre du côté de La Spezia. Il a été édifié dès le  8 ème siècle par des réfugiés grecs et certains très vieux bâtiments sont incroyablement bien conservés. Là, la marina est aussi touristique que les hauteurs du village sont authentiques ; mais les deux valent le coup d’oeil !

  • Où manger : Impossible de se rendre en Italie sans profiter des plaisirs d’un vrai petit déjeuner. Direction le petit bar de village Bar’o Netto, qui ne paye pas de mine mais propose des viennoiseries à l’italienne, de délicieux capuccino et surtout, la fameuse pâte à tartiner Nocciolata de Rigoni di Asiago… IN-COM-PA-RA-BLE ! (Scalinata della Tagliata, 4, 19017 Riomaggiore)
  • Où dormir : L'hôtel Villa Argentin est un 3 étoiles idéalement situé. Certaines chambres possèdent une petite terrasse donnant sur la mer. Le petit déjeuner, quant à lui, propose des produits locaux ! (Via De Gasperi, 170, 19017 Riomaggiore ; site web ; à partir de 70 €) 
Dans les petites rues de Riomaggiore se reposent des bateaux © Ansharphoto

Pour cette escapade aux Cinque Terre, voici mon dernier conseil : Foncez ! Si la météo devient de plus en plus pluvieuse à l’approche de l’hiver, il reste encore la possibilité de profiter de belles journées ensoleillées (où le thermostat monte facilement à 20°C), libres de toutes vagues de touristes… De quoi vous faire oublier un temps la grisaille de Paris !

  • Comment y aller ? Les aéroports les plus proches sont ceux de Gênes et de Pise (à partir de 100 € l’A/R avec Air France) Le vol dure 1h35. Pour rejoindre les Cinq Terres de Gênes, vous avez 1 heure de train et des billets entre 6 et 10 €.
    Festin au restaurant Nessun Dorma, THE place to be de Manarola © 5terrefood
    (L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE)
  • Bon à savoir ?

Pensez à prendre un pass, qui comprend les trajets illimités en train et en bus, l’accès aux sentiers trails, l’internet gratuit dans les gares, l’entrée au musée de la Spezia et l’accès aux toilettes (payantes). Pour une journée, de Levanto à La Spezia, comptez 16 € pour un adulte. Pour un pass 3 jours ce sera 41 € !

Les charmes de Veules les Roses

Laissez vous tenter par une petite escapade normande dans l’un des plus beaux (petits) villages de France. A la découverte d’une vallée verdoyante, au pied de la Manche !

Direction la Normandie donc, plus précisément Veules les Roses. Ce joli patelin, originairement village de pêcheurs et de tisserands, compte aujourd’hui 600 âmes. Il est installé sur cette côte aux eaux froides changeantes depuis le 4 ème siècle (ce qui en fait l’un des villages les plus anciens du Pays de Caux) et fut un lieu de villégiature très prisé au XIXème siècle, notamment par des artistes tels que Victor Hugo ou encore Etienne Mélingue.

Le temps est passé mais le charme, lui, est resté.

Balade pleine de charme à Veules les Roses © Isamiga76

A Veules les Roses, on vient se promener au coeur d’un patrimoine qui a bien des histoires à raconter, et bien des beautés à montrer. L’association des Plus Beaux Villages de France, de laquelle Veules les Roses fait partie depuis septembre 2017, a écrit au sujet de cette commune :« Rien, ou presque, n’aura épargné Veules-les-Roses : des invasions barbares à la Seconde Guerre mondiale en passant par les guerres de Religion… Pillages, incendies, destructions n’ont pourtant pas eu raison de la volonté des Veulais de reconstruire et protéger leur patrimoine ».

A l’instar du Moulin Anquetil, incendié en 1940, qui tourne toujours grâce à sa nouvelle roue. L’eau est au coeur de l’histoire de ce superbe village. Le nom de Veules les Roses découlerait du vieil anglais « wella » qui signifie « puits » ou du vieux norrois « vella », qui désigne un cours d’eau ou une source. Ici, on parle de « la Veules », le plus petit fleuve de France (environ 1 km).

Moulin entouré de verdure, Veules les Roses © Restuccia Giancarlo

 

A travers un circuit formant une boucle autour du court d’eau, vous découvrirez le moulin et toutes les autres merveilles de Veules les Roses : les ruelles pittoresques de la bourgade où s’alignent des chaumières aux jardins débordant de roses, le vieux château et son pigeonnier, la grotte Victor Hugo ou encore l’Eglise Saint-Martin (XII ème siècle) et ses piliers en grès sculptés. En fin de journée, savourez une petite pause au Jardin des impressionnistes.

  • Bon à savoir : le Vendredi 28 décembre 2018, rendez-vous à 17h à l’Office de tourisme pour une visite guidée nocturne, éclairée aux lampions, du circuit de la Veules.
    (1h30 de balade / 3 € par personne, gratuit – 18ans / site internet )

Rendez-vous le dimanche matin sur la plage (jusqu’au 31 décembre) pour déguster la fameuse Veulaise : huître charnue, croquante et parfumée qui grandie entre eau douce et eau salée, aux pieds des parois rocheuses.

Ouverture d’huître © Cody Traxler
Plage de Veules les Roses © Isamiga76
Falaises d’albâtre © Angel217

 

Pas étonnant qu’on nomme ce coin de Seine Maritime « la côte d’Albâtre ». La plage en demi-lune de Veules les Roses est longée de ces falaises, immaculées, qui veillent sur la croissance des huîtres, et sur lesquelles la lumière, aux divers heures du jour, se reflètent avec élégance.

 

 

Un spectacle éblouissant face auquel on se laisse très vite envoûter. Et c’est avec la même douceur qu’on s’arrête sur le ponton en bois de la plage et qu’on se met à rêver à cette Angleterre, juste là de l’autre côté de ce bras de mer. 

Ponton à droite sur la plage de Veules les Roses © Eric Gillard

Et pour combler votre palet autant que vos yeux, rendez-vous au restaurant « Les Galets », où officie le maître cuisinier de France Frédéric Cauchye, qui adapte son menu selon le marché du matin. Et si la saison du cresson (le village possède des cressonnières depuis le XIVème siècle) s’étale de février à mai (il faut donc encore un peu patienter), on ne doute pas que le contenu de vos assiettes saura vous régaler !

  • Où dormir ? Le relais hôtelier Douce France vous propose un séjour plein de charme à 500 mètres de la plage de Veules les Roses. 25 chambres suites et appartements (tous avec une kitchenette) composent cet ancien relais de poste du XVII ème siècle, magnifiquement restauré par les "Compagnons du Tour de France" (à partir de 102 € ; Site web ; 02 35 57 85 30 ; 13 rue Dr Girard, 767980 Veules les Roses)